Les Droits de l’enfant et nos partenaires

Le 20 novembre, journée des droits de l’enfant, correspond à la date anniversaire de la signature de la Convention Internationale des droits de l’enfant. Les principes des 54 articles de cette convention, tels que résumés par site de l’Unicef, se retrouvent dans le travail de nos partenaires.



Le droit d’avoir un nom, une nationalité, une identité : en Roumanie, les enfants roms sont souvent privés d’état-civil, donc d’identité et des droits qui vont avec, comme celui d’aller à l’école. Notre partenaire, la MEV, intervient auprès de ces enfants, répondant à leurs besoins urgents, leur donnant accès à la scolarité et les encourageant à devenir des personnes qui transforment leur communauté.


Le droit d’être soigné, protégé des maladies, d’avoir une alimentation suffisante et équilibrée : nos partenaires d’Afrique sub-saharienne sont particulièrement concernés par cette problématique. Au Cameroun, la construction en cours d’un module de déshydratation de fruits et légumes - projet co-construit avec La Gerbe - permettra à l’association FARESO d’assurer une sécurité alimentaire sur l’ensemble de l’année aux adolescents accueillis pour leur scolarité. En République Démocratique du Congo, la partie pédiatrie de l’Hôpital Otema est construite et le service devrait bientôt ouvrir.


Le droit d’aller à l’école : les centres d'accueil de jour des associations Trambulina (Roumanie) et Réconciliation (Bosnie) suivent la scolarité d’enfants de familles démunies. Soutien scolaire, ateliers créatifs, aide à la socialisation et suivi de la scolarité sont assurés par les équipes de ces centres. Celles-ci dialoguent avec les familles afin de les inciter à scolariser les enfants dont elles ont la charge. Réconciliation distribue depuis de nombreuses années des paniers-repas aux familles pour compenser le manque à gagner lorsque l’enfant va à l’école et ne mendie donc pas dans les rues. Ceci permet une transition vers la resocialisation. De plus, certains de nos partenaires (Trambulina en Roumanie, Aroudane au Maroc…) distribuent du matériel scolaire aux enfants défavorisés qui ne peuvent pas s’en acheter.


Le droit d’être protégé de la violence, de la maltraitance et de toute forme d’abus et d’exploitation : notre partenaire Alo! Mik en Albanie s’occupe d’enfants parfois traumatisés. Ils sont reconnus par la protection de l’enfance du pays au niveau du gouvernement. Ruth Vergnon, co-fondatrice de la fondation, assure des formations sur ces problématiques. Elle a notamment participé à la mise en place d’un soutien psychologique d’urgence pour les enfants touchés par le tremblement de terre de Tirana fin 2019.


Le droit d’être protégé contre toutes les formes de discrimination : les centres de jour des associations Trambulina (Roumanie) et Réconciliation (Bosnie) cités plus haut ont une particularité : ils accueillent sans distinction les enfants roms et non-roms. Dans des pays où de nombreux préjugés et une forte discrimination existent à l’égard des communautés roms, ce choix n’est pas évident. Parfois, même les équipes des centres doivent dépasser leurs propres limites culturelles pour accueillir des enfants issus de ces communautés.


Le droit de ne pas faire la guerre, ni la subir : La République Démocratique du Congo est un pays marqué par les conflits armés depuis plusieurs décennies. C’est pourquoi l’orphelinat La Maison du Père, fondé et géré par notre partenaire sur place Le Coeur de compassion, accueille plusieurs enfants devenus orphelins suite à la guerre, par conséquence soit directe soit indirecte, ou lorsque les parents sont décédés du SIDA, qui s’est beaucoup propagé à cause des violences sexuelles dues aux conflits. A la Maison du Père, les enfants ont un lieu où vivre protégés de ces conflits et de leurs conséquences, et sont scolarisés.


Le droit d’avoir un refuge, d’être secouru, et d’avoir des conditions de vie décentes : Lorsque Claudia, fondatrice et directrice de Trambulina, fonde le centre de jour de l’association, elle part du principe suivant : “je pense que chaque enfant a besoin d’une famille pour grandir, d’un lieu sûr où il se sente accepté et aimé”. Ce centre se veut donc être un refuge, une parenthèse ou des enfants parfois délaissés ou maltraités peuvent souffler, jouer, s’exprimer… : être simplement des enfants.


Le droit à la liberté d’information, d’expression et de participation à un loisir pour certains enfants. Il peut leur permettre de s’exprimer et de surmonter leurs traumatismes. C’est l’objectif d’une thérapie appelée “thérapie par le jeu”. Face à la maltraitance infantile et ses conséquences, les responsables d’Alo! Mik en Albanie ont choisi de se former à cette thérapie afin d’aider les enfants à se reconstruire. Aujourd’hui, ils l’enseignent à d’autres. Claudia et une de ses collaboratrices de Trambulina ont participé à l’une de ces formations. Elles pratiquent depuis quelques mois cette thérapie dans une salle dédiée au sein du centre de jour.


Le droit à la liberté d’information, d’expression et de participation : en Roumanie, un enfant grandissant en orphelinat est discriminé et ne parvient pas à trouver sa place dans la société. En visitant ces enfants et leur proposant divers ateliers, notre partenaire, l’ADDIP, leur fait prendre conscience de leur valeur et les aide à devenir indépendants et actifs dans la société. Ces jeunes apprennent à s’exprimer et à devenir acteurs de leur vie. Pour cela l’une des problématiques travaillées est l’accès à l’information.



Le droit d’avoir une famille, d’être entouré et aimé : Chacun de nos partenaires travaillant auprès d’enfants délaissés, maltraités ou abandonnés est motivé par l’amour pour ces jeunes. Ceux qui sont privés de famille retrouvent ainsi des joies simples telles que fêter leur anniversaire (avec le projet “une journée spéciale” de l’ADDIP), participer à des camps en été et/ou à Noël (avec l’ADDIP, Trambulina, Alo! Mik ou encore Réconciliation), savoir que quelqu’un se préoccupe d’eux, les écoute et les prépare à affronter l’avenir.



En cette journée des Droits de l’enfant, nous sommes fiers de vous présenter les actions et projets de nos partenaires à l’égard de ceux qui n’ont pas accès à ces droits.



© Copyright 2015-2020 - La Gerbe - Mentions légales