top of page

Cristal or not cristal, that is the question

Il y a des jours comme ça, où on n’a pas pensé à mettre son cerveau en charge, parce que le chargeur était introuvable, ou que le port USB n'était pas le bon, ou que sais-je encore ? Dans notre petit monde de la Gerbe, il n'y a quasiment que de bons moments émaillés par-ci par-là de quelques instants de très grande solitude. Ce jour-là, une série de verres se présente à la vente, avec Muriel épaulée par mes conseils avisés. Nous nous interrogeons, examinons, soupesons, frottons nos doigts sur le rebord dans l’espoir d’entendre un tintinnabulement délicatement musical… mais rien. Je me retiens au dernier moment de ne pas aller chercher une loupe, une petite voix dans ma tête me disant que j’allais me ridiculiser pour plusieurs vies. Sans doute influencées par le fait que l’on nomme ce genre de récipient pour boire par le nom d'un de ses composants possible : le verre, nous choisissons cette option et la validons. C'est alors que le brocanteur s’approcha de son pas de sénateur. Il les avait repérés de très loin, ces verres, il n'a pas fait comme nous 50 gestes de connaisseuses. Il les a simplement retournés pour y lire très clairement : “cristal de Sèvres” !!!! Il fallait y penser ! Mais penser, comme je l'ai déjà expliqué, n’était pas dans notre programme ce jour-là. Et c'est ainsi que nous fîmes (ou pas) une vente historique pouvant nous propulser au rang de vendeuses de l’année. Muriel a eu beau comme dans les films, crier toute la nuit : "coupez, c'est mauvais, on la refait », rien n’y fit !

Josette




Comments


bottom of page