top of page

Mon premier emploi

Voilà 8 mois que je travaille à La Gerbe. C’est mon premier travail de toute ma vie, avant je m’occupais de mes 2 enfants pendant que mon mari travaillait. Au pays j’avais fait des études de comptabilité et gestion. Notre vie familiale a basculé lorsque mon mari a attrapé le covid en 2020, et a passé 9 mois à l’hôpital dans un état très grave.

C’est encore très difficile et douloureux pour moi d’en reparler, de me souvenir de ce fardeau d’inquiétude pour mon mari, cette incertitude constante, c’était très éprouvant pour toute la famille. On ne pouvait que vivre au jour le jour avec l’angoisse.

Mais c’est dans ces jours que j’ai appris aussi combien je tenais à ma famille. Combien on a été aidés et entourés. Je veux remercier mon médecin traitant, grâce à qui mon mari a pu être transféré alors que plus rien ne pouvait être fait pour lui dans l’hôpital où il était. Je veux remercier le pharmacien pour son aide. Et tous mes voisins qui ont si souvent gardé mes enfants.

Au bout de 9 mois, mon mari a retrouvé une meilleure santé et a pu rentrer à la maison. C’était la joie!!! J’ai fait une grande fête avec les youyous et tout !

Mais notre vie avait changé car il ne pouvait plus travailler comme avant. Alors c’était à moi de trouver de quoi faire vivre la famille. Une conseillère m’a parlé de La Gerbe qui proposait du travail et j’ai pu être embauchée après un entretien avec Sylvie.

Au début, ce qui frappe dans cette association, c’est le grand nombre de personnes de tous horizons, de toute nationalité, dans chaque atelier. J’ai même appris quelques mots en tibétain ! Au fur et à mesure des journées de travail, on apprend à se connaître et à s’apprécier. J’ai commencé au tri des livres où j’ai rapidement sympathisé avec K, puis j’ai été affectée au tri des vêtements, ce que je préférais car là, on bougeait plus et j’aime bien être active plutôt que rester assise devant un ordinateur comme aux livres. Pendant ces mois, il y a eu le déménagement de l’atelier à l’étage, pour avoir un plus grand espace de travail. Évidemment, il a fallu un peu de temps pour retrouver nos marques, c’était pas toujours simple. Mais quand je travaille, je veux faire les choses aussi bien que si c’était pour moi, de tout mon cœur.

Je cherche un domaine d’emploi qui soit compatible avec ma vie de famille pour continuer à m’occuper de mes enfants. Je pars en formation à la fin du mois. Oui c’est un bon projet mais c’est aussi un peu dur de quitter ce lieu de travail. Je remercie Sylvie et Éline pour leur écoute et leur soutien important pour ma situation, mes démarches, mes enfants. Je remercie mes collègues et les bénévoles au tri vêtement. Je remercie les responsables qui sont proches, simples, qui viennent même nous serrer la main le matin, avec le sourire.

Nora



Comments


bottom of page