De l’orphelinat à l’université

04/09/2020

En Roumanie, les jeunes majeurs sortant de l’orphelinat se retrouvent généralement sans ressources ni savoir, savoir-faire ou savoir-être pour mener leur vie de façon indépendante et responsable. Face à ce constat, notre partenaire ADDIP intervient dans les orphelinats autour de la ville de Brasov pour accompagner les adolescents et les aider à se confronter au monde extérieur à l’orphelinat. Ainsi, ils apprennent à vivre leur vie en toute indépendance. Certains font même des études – alors que la plupart des enfants des orphelinats, livrés à eux-mêmes, finissent par abandonner l’école. En cette semaine de rentrée, c’est l’histoire d’une jeune étudiante, ancienne bénéficiaire de l’ADDIP, que nous vous faisons découvrir.

 

Relly commence à la rentrée sa deuxième année en école d’infirmière. Il y a 4 ans, elle a rencontré Madalina, employée de l’ADDIP*. Alors âgée de 14 ans, Relly vivait en orphelinat.

Elle participait à des activités en petits groupes proposées par l’ADDIP. A l’époque, elle n’ouvrait pas vraiment son cœur, préférant observer et analyser tout en restant en retrait. C’est une fois sortie de l’orphelinat qu’ADDIP lui a été le plus utile : « J’avais un peu peur et je n’étais pas sûre de ce que serait ma vie. Je voyais Eszter chaque semaine. On cuisinait, elle m’apprenait comment dépenser mon argent et gérer mon budget, elle m’a aussi appris à être responsable. »

 

A côté de ses études, elle est bénévole à l’ADDIP : régulièrement, elle se rend dans l’orphelinat où elle a grandi pour faire de l’aide aux devoirs. C’est d’ailleurs au même âge que certains de ces jeunes qu’elle a eu envie d’aller à l’université : « J’ai eu cette idée pour la première fois quand j’étais au lycée. C’était deux ans avant que je quitte l’orphelinat. Je parlais avec mes amis et ils me disaient qu’ils iraient à l’université. Alors je me suis dit... Oh ! c’est quelque-chose que j’aimerais faire ». En plus de ces activités régulières, Relly a aidé au camp de Noël dernier

 

.

 

Quand on lui demande ce qu’ADDIP lui a apporté, elle répond : « les filles de l’ADDIP m’ont beaucoup aidée. Surtout sur le plan de mon développement personnel. Elles sont devenues des inspirations pour moi, et aussi de super mentors. Je pense que si ADDIP n’avait pas été là dans ma vie, je n’aurais pas eu le courage d’aller plus loin dans mes études. Elle m’ont donné confiance, soutien, et m’ont montré que je pouvais le faire si je le voulais ».

 

*Madalina est aujourd’hui la directrice de l’ADDIP.

 

 

Illustration : quelques activités en petits groupes proposées par l'ADDIP, pour prendre confiance en soi et faire confiance aux autres.

Please reload

"Enfin quelque-chose à manger !"

15/06/2020

Une jeune femme pleine de rêves

04/06/2020

Confinés, mais pas abandonnés

17/04/2020

Un nouveau numéro d'Espérance

25/03/2020

2019 : les faits marquants

29/12/2019

1/2
Please reload

© Copyright 2015-2018 - La Gerbe - Mentions légales